Google+" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 13:33

 

I

 

Un jardin incendié

Par sa floraison sanglante

 

...Pour y cueillir du romarin

...Gentil coquelicot

...Gentil coquelicot

...J'suis descendue dans mon jardin

...Pour y cueillir

 

Pâte de pierre

Dans le temps de la terre

Une femme compte les fleurs de farine

 

Un  deux  trois

Sur le mur jaune de sa cuisine

 

Quatre  cinq  six

Bouche rouge

Geste vif

Elle peint

 

 ...J'suis descendue dans mon jardin

...Pour y cueillir du romarin

...Gentil coquelicot

...Gentil coquelicot

 

Main fourchetée

Passe à l'acte

Acte répugnant

 

Sept  huit  neuf

Dans le bec de l'oie

 

Petites pièces d'or sonnent dans sa tête

 

...J'suis descendue dans mon jardin

...J'suis descendue dans mon jardin

...Gentil coquelicot, mon âme

...Gentil coquelicot...

 

 

 

II

 

Une assiette telle une mare

Où flottent des nénuphars

 

Une cuillère pour...

 

Le grain. Les graines.

Les cailloux du Petit Poucet.

 

Une cuillère pour...

 

L'homme-farine tire une charrue

Au ventre gonflé comme une outre

 

Une cuillère pour...

 

La femme-farine accouche

D'un très grand fil.

Il ressemble à son père

 

Une cuillère pour...

 

Le champ   La terre   Malher

Travail   Ancrage

 

Une cuillère pour...

 

Foire sanglante roulera

Guirlandes d'amour

A point nommé

 

Une cuillère pour...

 

Toujours et sans cesse

Drapée dans son manteau-farine

La femme-cigale ira rejoindre

Un amant inconnu

Qui lui dévorera le cœur

 

Une cuillère pour...

 

Sur la veine de l'arbre

Un cœur malhabile

Pauvre cœur plâtre-farine

 

 

 

III

 

Moulin

Meunier

Malheureux Don Quichotte

 

Et Dulcinée qui tricote

Avec le fil du destin

La danse d'eau

Où se noie Ophélie

 

...Je descendrai dans mon jardin

...Pour en abattre les barrières

 

 

 

IV

 

Oublier

Petit sexe de pâte

Au tronc de l'homme

L'hirondelle arrache la brindille

Demain elle fera son nid

 

Oublier

Le grenier à blé

Les rats

La destruction

La peste

La guerre

 

Oublier

Se fariner les yeux au  charbon

 

Oublier

Les saints de carton-pâte

 

Rire dans l'œil glauque de l'espoir

Comme une catin

 

Coudre l'ennui

Sur la pâte molle du temps

 

Alouette...

Gentille alouette...

 

 

 

V

 

Veiller une terre

Au doux ventre de lune

Sombre écorce parfumée

Par les longs doigts de la mer

Rêver d'ailleurs

 

Aleph

Dans l'ivresse

Connaître ses filles

 

Aleph

Blanche farine

Sous la tente

De feu les enveloppa

 

Aleph

L'esprit du vent

Répandit les cieux

Dans chaque calice

 

J'ai vu

L'arbre à bonheur

Qui trônait

Au Pays Merveilleux

 

J'ai vu

Le sourire étincellent du Minotaure

Entre ses branches exubérantes

 

Parfois je voudrais

Qu'il vienne fermer mes volets

 

 

 

VI

 

Salvador s'envole

Sur les flancs d'une gazelle palatine

 

Dans le bleu du ciel

Un jaguar s'empale à la corne d'ivoire

 

Dans les hautes tours du vent

Un cupidon lutine une demoiselle

 

Dans un palais étrange

L'enfant au blanc visage d'œuf

Déverse l'eau lustrale

Sur la farine noire et la farine blanche

 

Main calleuse au bord du vide

Gorgone de farine

 

Hosanna

 

Tes mille yeux laiteux se percent

Dans les bulles de l'eau qui chante

 

Hosanna   Hosanna

 

Appendices du monde

Qui crient sous le poids

 

Hosanna   Hosanna   Hosanna

 

Les anges plantés au ciel

Se moquent de mes images saintes

Ils écrivent  avec mes alphabets de pâtes

 

 

 

VII

 

Sans cesse

Se brise

La pâte de la nuit

 

Je mangerai 3 000 pâtes à mon dessert

Et puis j'irai danser

 

Je choisirai mon cavalier

De mon oreille

Il tirera le petit fil de pâte

 

Tirera   Tirera   Tirera

 

Restera petite tâche blanche

Sur la piste de danse

 

Les autres, ils dansent

 

 

 

VIII

 

Fermer doucement les yeux

Et m'endormir dans mon assiette

 

Sous mes mains

Le poisson rutilant se tortille dans la farine

 

J'entends Noé tirant son meilleur vin

 

Par le carreau de la fenêtre

Une cheminée fume dans les bois

 

C'est l'heure où les bergers

Font midi d'une migas

 

C'est l'heure où les femmes…

 

Une pâte à l'endroit   Une pâte à l'envers

Nourrissent leur nichée

 

Une pâte à l'endroit   Une pâte à l'envers

Tricotent leur vie d'amour

 

Une pâte à l'endroit   Une pâte à l'envers

Rentreront tard ce soir leurs hommes

 

Le vent

La danse des épis

L'attente

La maturité

La poussière

 

Craquent les doigts gourds

Et les machines fatiguées

 

Un ongle lacère

L'écorce des songes

 

 

 

IX

 

Fermer doucement les yeux

Et m'endormir dans mon assiette

 

Sur les vergers et sur les villes

Passa le souffle farine

 

Joseph était meunier

La croix de son fils

En pâte brûlée

 

Les corbeaux l'ont dévorée

 

Et lui avec   Et lui avec

 

Transmutation   Prophétie

 

A l'abri des versets antiques

Rome et Babylone se partagent

La carcasse d'un chien

Pas toujours Andalou

 

A la sainte Véronique

Le colosse à genoux

Se griffe l'œil

 

L'horizon tranche

Toujours

Le fil des funambules

 

Mystification   Pasquinade

 

Le rêve s'effiloche

Au sommet de l'Himalaya

 

Mais où est passé

L'arlequin des nuages

 

 

 

X

 

Le champ de blé

Les coquelicots

Anémone

Adonis

 

A l'école buissonnière

Un pâle cuisinier

Anonne dans la farine

Des lettres enfantines

 

Main de glaise

Couvercle sur le temps

 

Sur un nuage espagnol

Un enfant joue aux osselets

Federico lui sourit

 

Jadis

Il y avait

Du blé

Jusqu'au ciel

 

 

 

CopyrightDepot.com, Gaby Ferréol, le 26/08/2009.

Certificat de déclaration de droits d'auteur n° 0004669.

 

 

 

 

 

photo Gaby F - Riec sur Belon - Le vieux chêne

photo Gaby F - Riec sur Belon - Le vieux chêne

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaby Monnet-Ferréol - dans Poésie libre
commenter cet article

commentaires

PERINI 18/12/2014 11:01

Que j'aime cette poésie!

  • : Gaby Ferréol - ses poésies & autres textes
  • Gaby Ferréol - ses poésies & autres textes
  • : Poésie & prose poétique, nouvelles.
  • Contact

  • Gaby Monnet-Ferréol
  • Née en Tunisie, a vécu à Lyon. En 1996 s'installe en Bretagne. A Lyon, Adjointe de direction au Théâtre des Marronniers puis Codirectrice artistique du Théâtre Athanor. A Port-Louis, Codirectrice artistique de la Cie Athanor. Depuis 2004, se consacre à l'écriture & aux arts visuels.
  • Née en Tunisie, a vécu à Lyon. En 1996 s'installe en Bretagne. A Lyon, Adjointe de direction au Théâtre des Marronniers puis Codirectrice artistique du Théâtre Athanor. A Port-Louis, Codirectrice artistique de la Cie Athanor. Depuis 2004, se consacre à l'écriture & aux arts visuels.

"A l'ombre des fleurs de cerisier / il n'est plus / d'étrangers" Kobayashi Issa

A publié de la poésie.
A exposé des photos, peintures.
S'intéresse à la création contemporaine. 

 

MERCI DE VOTRE VISITE